Depuis plus d’un an et demi, j’ai beaucoup parlé de conception-rédaction, de créativité, de rédaction Web, mais jamais des compétences essentielles à toute personne qui souhaite se faire sa petite place dans le métier. On peut lister plus d’une vingtaine de savoir-faire et savoir-être, sans souci. Selon moi, voilà les 5 fondamentaux qui constituent le terreau de la conception-rédaction :

• L’inventivité, la souplesse et la facilité rédactionnelle : être capable de produire vite et bien des contenus spontanés, séduisants et pertinents ;

• L’imagination disruptive : être capable de déverrouiller sa pensée et de voir le monde comme un enfant, avec un regard neuf ;

• La connaissance et la maîtrise des usages : être au cœur de l’évolution des médias, des principaux modes de comportement des cibles / utilisateurs, des technologies de l’information ;

• La culture générale : être un « je sais tout », pour reprendre l’expression de Roger Von Oech (Créatif de Choc !) boulimique de nouveautés, parce que chaque connaissance peut devenir une idée, 6 jours, 6 mois, 6 ans plus tard ;

• Le tempérament d’un créateur : être entreprenant, s’engager dans toutes sortes de projets extra-professionnels (blogging, scénarisation, création artistique, etc.) pour valoriser ses passions.

Un bon rédacteur web doit optimiser le contenu qu’il crée en pensant au cocon sémantique. Et quand je parle du cocon sémantique, je fais référence au service proposé sur cocon-semantique.com.

Bonus

Je vous offre en complément mes astuces pour raccourcir un texte, pour le simplifier, gagner en concision, etc. Bref, pour retravailler un texte trop long et le faire entrer dans les formats exigés (page Web, scénario, etc.) en gagnant en accessibilité. Vos ajouts sont les bienvenus.

• Supprimez les adverbes et adjectifs inutiles, qui encombrent souvent le texte en donnant une impression de pédantisme et d’ornementation ;

• Limitez les tournures passives en les employant avec parcimonie ;

• Identifiez les détails superflus et retirez-les ;

• Evitez le « il » didactique et impersonnel ;

• Si possible, éludez toute énumération par une expression ou un terme globalisant ;

• Segmentez les phrases à rallonge ;

• Choisissez une séquence nominale pour les phrases inductives, cela raccourcit et donne un rythme à l’enchaînement logique ;

• Globalement, attention au style universitaire, lisez le texte à haute voix pour cerner les lourdeurs ou complexités de prononciation ou de lecture ;

• Si un mot ou une expression peut être remplacée par un terme plus court et sémantiquement équivalent, testez !

Vous trouverez plus de détails et quelques conseils complémentaires sur ce blog. Si vous avez d’autres astuces rédactionnelles à partager, les commentaires sont ouverts.