Mesurer l’influence sur Twitter, voilà qui devrait intéresser plus d’un communicant digital… Les outils et services gratuits pour « monitorer » les médias sociaux se multiplient, chacun avec leurs spécificités et leur degré de pertinence. Le dernier-né, Tweet Cloud (à ne pas confondre avec TweetCloud même si ça paraît fou d’utiliser le même nom pour un service Web), développé par Isshen Solutions, propose un classement d’utilisateurs sur des requêtes-clés. Entre autres fonctionnalités.

Pour les concepteurs, il s’agit d’un « outil dédié aux experts RP et Marketing qui souhaitent facilement identifier, via une recherche ciblée sur Twitter, les termes et influenceurs qui y sont associés. » L’outil est effectivement très simple d’utilisation. On entre un mot, une marque, peu importe, et Tweet Cloud génère un rapport divisé en plusieurs catégories :

• Classement des « influenceurs »
• Mots-clés associés à la requête
• Sentiment (a priori la tonalité perçue, mais cette partie n’est pas encore disponible)
• Activité et Volume
• Localisation géographique
• Informations sur les utilisateurs

On voit bien avec Tweet Cloud qu’il y a une volonté de s’appuyer sur des metrics spécifiques aux médias sociaux. Le classement est apparemment créé sur des critères comme le nombre de tweets et de followers, avec l’attribution d’un taux d’influence à chaque utilisateur ; les mots-clés associés à la requête ont l’avantage d’être classés, eux aussi, en fonction de leur fréquence. Et les autres fonctions laissent supposer une prise en compte d’une partie difficilement mesurable, quantifiable : la tonalité des discussions.

Reste à savoir si le calcul de l’influence tient compte du nombre de @replies (réponses) et de retweets (principe du forward)… Et comment sera retranscrite la tonalité des tweets. Éventuellement, il faudrait aussi réfléchir à intégrer, tracker et évaluer les liens sortants.

Tweet Cloud est encore en phase de développement, tous les feedbacks sont à donner sur le site ou l’article dédié. By the way, je rappelle qu’il existe un outil très pratique pour mesurer l’impact d’un tweet sur le trafic d’un site web : Tweetburner, qui permet (en plus de tracker) de raccourcir les URLs postées.